“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : Comanechi, Boogers, Surfin’ Matadors, Yokohama Zen Rock, Atomic Pingpong Project vs. Harry Cover.

 

📌 Date : 21 Mai 2009

 

 

— Bio express —

 

COMANECHI

Le groupe anglais COMANECHI a démarré au milieu des années 2000, il venait pour la première fois à Lyon pour la promo de son album “Crime of love”. Dans un style punk garage assez primitif, le groupe est resté assez confidentiel malgré des prestations scéniques assez folles, avant de mettre la clé sous la porte en 2014 après un second album. Fun fact : le groupe a compté dans ses rangs l’acteur Charlie Heaton, qui était d’ailleurs en couple avec le batteuse/chanteuse d’origine asiatique Akiko Matsuura, célèbre pour son rôle dans la série à succès “Stranger Things”.

 

BOOGERS

Hipster hirsute (souvent) et hilare (parfois), batteur remarqué de Rubin Steiner, animateur sur Radio Béton (l’agitateur contre-culturel de Tours), DJ qui enchaîne les pistes aussi rapidement que Pierre Richard les boulettes, Boogers est un objecteur de convenances, un flibustier de la musique qui pille les disques d’or, détrousse les hits pour donner de nouveaux hymnes aux dancefloors.

 

SURFIN’ MATADORS

Quatre musiciens viennois forment Surfin’ Matadors en 2003 sur les cendres d’un projet de big band soul rythm’n’blues. Influencés par la musique noire américaine des sixties et le garage rock des Dirtbombs ou Fleshtones, ils ont étiqueté leur musique “soul’n’roll”. Après deux 45 tours, le groupe a tiré sa révérence.

Il était de retour au Marché Gare après la première partie de The Briefs en 2006.

 

YOKOHAMA ZEN ROCK, présentation sur le site de Jarring Effects

Trio musical franco-japonais, Yokohama Zen Rock illustre pleinement les bienfaits de l’échange culturel : fondé à Lyon, l’antique capitale des Gaules, le groupe associe les talents de Yoko Higashi (chant), de Takeshi Yoshimura (guitare), et du frenchy Spagg (basse/machines).

Fruit d’une longue collaboration, l’album de Yokohama Zen Rock s’est composé et peaufiné au fil du temps. Au final, il propose aujourd’hui, entre punk-rock et abstract électro une belle palette musicale forgée par l’expérience de la scène.

 

 

— Le souvenir —
Par Gary, membre de l’association Beastie Noise.

 

A la suite de quelques événements prometteurs, le collectif des soirées  Beastie Noise décide de mettre leur grain de sel en dehors de Vienne en s’attaquant à l’une des grandes messes régionales : le festival Nuits Sonores.


La soirée du jeudi est celle du circuit électronique, une douzaine de soirées en simultané proposées dans toute la ville de Lyon et en collaboration avec Arty Farty et d’autres assos locales. Chaque années le festival propose une belle programmation de formation rock pourtant la soirée 2 (celle du circuit) n’affiche que des progs électro. L’idée s’impose alors d’elle-même : pourquoi ne pas proposer une soirée rock dans le circuit ? La requête est bien accueillie par les organisateurs des Nuits, la première soirée rock du circuit électronique se nommera Garage Sonore, elle se passera au Marché Gare le 21 mai 2009 de 20h30 à 3h00 du mat et sera co-organisé par les soirées Beastie Noise, La Locomysic et Under A Big Black Sun, asso gérée notamment par Cyrille Bonin, actuel directeur du Transbordeur. 

 

Avec notre petite expérience de programmateur on ne se doutait pas de la difficulté de chopper un groupe de préférence internationale pour une date unique et pour  pas cher  (bien entendu). Après s’être pris plein de portes on mise sur un duo découvert via un obscur fanzine puis par leur page Myspace, et qui par chance est dispo pour la soirée ! C’est décidé, Comanechi, sombre duo Noise punk anglais et inconnu au bataillon (même par les geeks et autres rats de disquaire) sera notre tête d’affiche ! La partie local heroes sera assurée par Yokohama Zen Rock dont l’album est sorti peu de temps avant chez Jarring Effects et les Viennois Surfin’ Matadors. Ce plateau plutôt varié ou l’on croise pop lo-fi, punk noise, garage et électro rock sera complété par le Tourangeau Boogers. On laisse le soin aux djs Harry Cover et un des membres d’Atomic Ping Pong Project de se foutre sur la gueule  via un battle au fond vers les chiottes pour finir la soirée en mode règlement de compte dansant.

 

On en mène pas large à l’ouverture des portes… est-ce que le public sera au rendez vous ? Après une demi heure de doute la salle du Marché Gare est blindée de curieux, de rockeurs et de festivaliers perdus qui nous demandent quand est-ce qu’il y aura enfin du beat. Ambiance furieuse et maîtrisée, le compteur affiche plus de 1400 clics grâce à un turnover permettant aux retardataires ou migrants en provenance d’autres lieux de festivités et qui patientaient devant la porte de pouvoir entrer.

 


Les sets sont courts et intenses, le planning ne sera que peu respecté, le géant guitariste de Comanechi ayant fait la moue dès l’après midi quand on lui a montré le timing avec 1h15 de temps de jeu prévu pour eux. Ils ne joueront que 39 minutes à grands coups d’énergie pure et sans temps mort. Beaux souvenirs aussi du côté de Yokohama Zen Rock et de leur ouverture classieuse, du garage marqué par l’orgue farfisa omniprésent des Surfin’ Matadors, et de l’indie pop bricolée de Boogers. La soirée se termine avec un battle de djs tout en finesse qui transformera le désormais ancien long couloir en énorme dancefloor atypique et  autre joyeux bordel rock !
« – Autre joyeux bordel quoi ?! »
« – ROCK !! »

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 Comanechi
🤜 Boogers
🤜 Yokohama Zen Rock
📷 Photos © Romain Etienne ; visuel par Tristan aka Der Kommissar 

Galerie de photos