“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : Terror, Broken Teeth, First Try.

 

📌 Date : 09Mai 2016

 

 

— Bio express —
présentation par Riot Shows, qui organisait le concert, sur sa communication.

 

TERROR c’est l’une des références de la scène hardcore par excellence ! Fondé en 2002 par le charismatique Scott Vogel (ex Buried Alive), le groupe a sorti en 2015 son 6ème album intitulé “The 25th hour”. Les californiens ne changent pas leur recette : du son brut, des chœurs qui restent dans la tête, des morceaux rapides et lourds, bref du terriblement efficace en live !

 

Le groupe est toujours en activité, il a sorti un nouvel album en 2021 avec le guitariste originel, donnant un nouvel enregistrement moderne en prise live à des titres issus de ses 2 premiers albums.

 

 

Après avoir été largement influencée par les groupes de hardcore américains, la scène de Manchester n’a désormais plus rien à leur envier depuis l’arrivée fracassante de BROKEN TEETH ! Avec leur hardcore radical et sans fioriture, les anglais déversent leur rage envers les problèmes d’une société malade tels que la corruption et l’injustice.

 

Formé en 2004, après 12 ans de bons et loyaux sévices dans la scène et en ayant partagé l’affiche avec des groupes tels que Madball, Walls Of Jericho, The Ghost Inside, Knuckledust, No Turning Back, Reign Supreme, Get The Shot et bien d’autres… Les 6 membres de FIRST TRY ont décidé de mettre un terme à leur aventure en toute beauté. On espère donc tous vous voir pour faire une dernière fois la fête avec eux lors de cette date qui s’annonce déjà d’anthologie !

 

 

— Le souvenir —
Par Yann de Riot Shows (et aussi Culture Punk et Lyon Hardcore).

 

De tous les concerts qu’on a organisé avec Riot Shows et même les autres assos qui ont précédé, c’était probablement un de ceux qui nous a demandé le plus de boulot. Et ce, sur bien des aspects. Terror au Marché Gare, c’était un gros pari pour nous, c’est une petite jauge pour un groupe de ce calibre mais quitte à faire un gros groupe, on a vraiment voulu rester sur une jauge qu’on maîtrisait. Donc on avait fait notre offre au tourneur qui après un long temps de réflexion a finalement accepté en disant qu’on était la seule date française de la tournée. On se retrouve à trois mois de la date à devoir enclencher tout le processus d’organisation et de promotion un peu en catastrophe. Normalement ce genre de dates, c’est validé 5-6 mois à l’avance donc on était un peu en panique pour préparer ce qui était l’un des plus gros concerts qu’on avait organisé jusque là!

 

Le jour même c’était un peu la folie, on arrive vers 11h du matin au Marché Gare, on commence à tout installer en loges et également sur scène avec les techniciens, qui ont d’ailleurs fait un sacré boulot ce jour-là !


Terror et Broken Teeth arrivent en tour bus beaucoup plus tôt que prévu et c’est là qu’on se rend compte que ça va être une journée avec beaucoup de péripéties. On rencontre le tour manager de Terror qui nous fait une liste de demandes qui n’étaient jamais apparues dans le rider et surtout complètement aberrantes, ce qui nous a considérablement compliqué la tâche toute la journée alors qu’on avait scrupuleusement suivi le rider. On apprend aussi que le chanteur de Broken Teeth avait oublié son passeport une semaine plus tôt au Groezrock et que le festival l’avait envoyé à Lyon sans nous informer. On a dû dépêcher un runner en urgence pour aller le chercher chez un transporteur à Saint Priest avant que le dépôt ferme.

La gymnastique de cette date aussi c’est que c’était First Try en première partie et on avait des membres de l’asso qui jouaient aussi dans le groupe. On a dû s’adapter pour que tout fonctionne parce qu’au Marché Gare, il nous fallait beaucoup de bénévoles qui ont d’ailleurs fait un sacré travail pour que la soirée fonctionne.

 

Tous les groupes devaient jouer sur le backline de Terror, qui était un backline loué par le groupe à une compagnie allemande. J’imagine que c’était le backline le moins cher qu’ils avaient parce que la batterie était vraiment rouillée et à un moment donné on s’est réellement demandé si ça allait bien sonner. On a quand même fait avec et ça a fonctionné mais rien qu’à voir les pieds de batterie, ça faisait vraiment peur.

 

C’est l’un des seuls concerts où on avait vendu toutes les préventes avant d’ouvrir les portes. On avait d’ailleurs ouvert un peu en retard pour bien mettre en place la sécurité à l’entrée.

La soirée se lance et l’ambiance bat son plein tout le long des concerts. Grosse émotion pour le dernier concert de First Try qui officiait depuis plus de 12 ans et qui ont bien représenté le Hardcore lyonnais ce soir là.

La fin de soirée est très drôle parce que le tour manager nous demande de payer le cachet Terror et Broken Teeth en cash alors qu’il a toujours été question de faire un virement le lendemain du concert. L’heure suivante a été extrêmement tendue parce que toutes les entrées se sont vendues sur notre billetterie en ligne donc on n’était pas censé avoir le cachet en cash le soir même. On a finalement trouvé la solution mais ça nous a valu quelques grosses gouttes de sueur.

 

Bilan de cette soirée : Concert complet, ambiance de folie, boulot de folie aussi en arrière plan. Très bon souvenir d’une époque où on a pu faire ce genre de choses malgré les limitations d’une asso sans financement excepté les entrées qu’on faisait. D’ailleurs en faisant complet, on est tout juste revenu à zéro sur notre budget de la soirée. C’était un gros pari. Merci le Marché Gare de nous avoir permis de le faire!

 

 

— Le souvenir —
Par Guillaume, chanteur de First Try et membre de Riot Shows / Lyon Hardcore

 

Le concert du 9 mai 2016 au Marché Gare restera une date gravée dans nos mémoires pour beaucoup de raisons…

 

La première, c’est qu’il s’agissait pour mon groupe FIRST TRY de notre ultime concert après 12 ans de bons et loyaux sévices dans la scène hardcore lyonnaise. Après avoir eu la chance de partager la scène avec des groupes de légendes comme MADBALL, WALLS OF JERICHO et pleins d’autres, faire nos adieux aux côtés de BROKEN TEETH et TERROR en date unique en France et dans un Marché Gare archi complet, on ne pouvait rêver mieux !

 

La seconde, c’est que pour notre association de l’époque Riot Shows, composée à 100% de bénévoles et de passionnés, l’organisation de cette date d’envergure était un bon challenge. Il y a toujours une certaine appréhension quand on fait jouer des Ricains car on se doit d’être irréprochables et professionnels sur le déroulement de toute la journée. Ça n’a pas grand-chose à voir avec les dates relaxes dans les petits bars concerts. 

 

Autant dire que cette journée était remplie de stress, d’émotions et de pas mal de bières aussi ! De stress, par exemple, puisqu’après s’être attelés une dernière fois à la corvée de démonter et récupérer tout le matos dans notre local de répète au Warmaudio, il y a toujours le moment fatidique de la partie de Tetris pour tout faire rentrer dans la bagnole. Avec des étuis de guitares partout sur les genoux, on part enfin en se mettant un peu de son pour se motiver :

 

« 504 break chargé, allez, montez les coreux. Juste un instant que je mette sur toi la grosse basse bleue. Nombreux comme une équipe de foot, voiture à ras du sol, on est les derniers retardataires qui décollent. Le plein de gasoil et de binouzes pour pas flancher. Michel va pisser avant qu’on se casse au petit Marché (Gare). »

 

Arrivés au Marché Gare pour effectuer nos balances, la poisse légendaire de FIRST TRY est de mise puisque la tête d’ampli de notre guitariste Mich a décidé de griller ! Après un gros coup de flip pour savoir comment on allait faire pour récupérer un ampli à quelques minutes du début du concert, la situation finit par s’arranger quand le guitariste de TERROR nous propose de prêter le sien. C’était vraiment cool de sa part !

 

On peut donc souffler un peu et se mélanger au public qui commence à arriver en masse. Ça faisait vraiment plaisir puisqu’on a pu croiser tous nos potes. Certains étaient même venus des 4 coins de la France pour l’occasion. Le Marché Gare avait un petit air de soirée de mariage où tu échanges un petit mot à chaque personne tout en essayant de ne pas accepter chaque bière qu’on te propose !

 

C’est enfin l’heure tant attendue de monter une dernière fois sur scène. La salle et les couloirs du Marché Gare sont pleins à craquer. L’ambiance est déjà électrique. Puis arrive ce moment si particulier, lorsque les lumières s’éteignent et quand en un quart de seconde toute la salle résonne d’un silence qui traduit son excitation, tous les yeux sont rivés sur la scène… et donc accessoirement sur nous. On retient son souffle une dernière fois et dès le premier accord de guitare, toute cette tension s’évacue d’un seul coup et c’est parti, la machine de guerre est lancée !

 

Tout le reste ensuite s’enchaîne à une vitesse folle, comme une faille spatio-temporelle, comme si ton corps se mettait en pilote automatique. Les titres défilent, le public bouge, mosh, saute dans tous les sens. Je regarde à gauche, un des guitaristes slamme sur la foule, je regarde à droite, je suis happé à mon tour et me retrouve flottant au-dessus des gens. A peine le temps de se remettre de ses émotions que c’est déjà l’heure du dernier morceau pour nous, 12 titres pour 12 années de souvenirs qui défilent en accéléré dans nos têtes. On termine par l’une de nos premières chansons écrites : “LFK Pride”, en hommage au LFK, notre premier crew et asso sans qui tout le reste n’aurait peut être jamais eu lieu, comme LYON HARDCORE, Riot Shows ou notre ténacité dans la scène hardcore. Un beau final à la hauteur de nos espérances, entre immense joie et larmes contenues.

 

Le reste de la soirée est un peu flou, peut-être à cause de toutes ces émotions ou toutes ces bières partagées ! Les anglais de BROKEN TEETH ont délivré un set d’une pure violence pour leur premier passage à Lyon. Ils venaient de sortir leur premier album “At Peace Amongst Chaos” sur le label Nuclear Blast et étaient donc très attendus. Après une prestation qui a encore fait monter la température du Marché Gare, c’est au tour de TERROR de finir de transformer le sol en véritable piscine de sueur. Comme à son habitude, le chanteur Scott Vogel a mis tout le monde d’accord. Qu’on assiste pour la première ou pour la dixième fois à un concert de TERROR, on prend toujours une énorme claque grâce à leurs tubes d’une efficacité imparable. Pour preuve, la scène est constamment envahie par le public, entre stage dives constants, mosh pits compacts, c’est juste le bordel complet. Après plus d’une heure de show, la soirée se termine avec une foule détrempée mais avec le sourire jusqu’aux oreilles. Le genre de sourire qui nous rappellent pourquoi on fait tous ces sacrifices pour continuer à faire vivre coûte que coûte cette belle scène punk et hardcore lyonnaise.

 

On remercie encore une fois le Marché Gare de nous avoir donné la chance de réaliser cette soirée mémorable chez eux et pour son accueil chaleureux. On se dit à bientôt ?

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 Terror
🤜 Broken Teeth
🤜 First Try
🤜 Suivez l’actu de Lyon Hardcore
📷 Photos noir et blanc du concert © Erich Zann ; Photos couleurs du concert © Trasher Photos

Galerie de photos