“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : Grand Blanc, Alexis and the Brainbow

 

📌 Date : 08 Avril 2016

 

 

— Bio express —

 

Grand Blanc, présentation dans Lyon Capitale d’Avril 2016.

Grand Blanc, c’est ce drôle d’animal à la fois ondulant et titubant dans la nuit originairement venu de Lorraine mais aujourd’hui à cheval sur Metz et la capitale. Et c’est une sorte de Lorraine du dessous que Grand Blanc a su rendre universelle avec sa new wave qui serait comme un équivalent rock des films de Bruno Dumont.[…]

Grand Blanc fait une musique désespérante et parfois morbide, froide, petite-fille des Nancéiens de KaS Product. Mais qui, comme l’instant qui précède la catastrophe ou l’effondrement, a quelque chose d’une infinie pulsion de vie (sinon pourquoi chanter L’Amour fou  ?), un instinct de prédateur de désillusion. La beauté de cette musique, c’est qu’elle lutte comme une fleur pousse sur le béton pour peu qu’il se fissure. Grand Blanc, de ce Grand Est que personne n’entend, en ouvre, des fissures, en tapant fort pour se faire entendre. Les requins vivent dans l’onde, celui-ci surnage dans l’onde de choc.

 

Alexis and the Brainbow

Créée fin 2012, Alexis & The Brainbow est une formation de 4 musiciens lyonnais qui rêvent en technicolor. Leur pop musique teintée de fumée lourde et de beaucoup d’utopies dépeint un monde où les nuages ne sont plus blancs mais de toutes les couleurs.
A l’époque, le groupe avait sorti un EP et s’est ensuite enfermés 1 an au Mikrokosm Studio pour enregistrer un premier album éponyme, qui verra finalement le jour en 2018 sous le nom de Brainbow

 

 

— Le souvenir —
Par Alexis du groupe Alexis and the Brainbow.

 

Je me rappelle juste que ce concert d’avril avec Grand Blanc était un bon concert. Nous nous sentions comme à la maison car il s’agissait de notre troisième dates au Marché Gare et que nous y avions fait aussi une résidence de trois jours avec JB et Jean.
 
Grand Blanc commençait à atteindre son apogée et si mes souvenirs sont bons c’était la deuxième fois que nous partagions une scène avec eux. Lors de la première, nous avions inventé une parodie de leurs morceau qui s’intitule “Surprise Party“. Lorsqu’ils ont balancé, nous ne pouvions pas nous empêcher de rire en y repensant. Je ne te révélerais pas les paroles car elles sont bien loin de la bienséance.
 
Ce co-plateau était génial car une grande partie de nos amis et de notre public aimaient Grand Blanc, et moi aussi. J’ai le souvenir d’une salle bondée, transpirante et vibrante. Elle débordait sur les côtés. Elle dégoulinait littéralement. J’ai le souvenir d’une excellente soirée comme on en rêverait d’en ravoir. Mes meilleurs et mes premiers souvenirs de scène avec Alexis & the Brainbow résident au Marché Gare. Cette salle est dans mon cœur et j’aimerais m’y produire chaque soir.

 

 

— Le souvenir —
par Loïs Eme, photographe et réalisateur du collectif Shoot-It

 

Avec mon collectif Shoot it, nous nous lançons avec un entrain innocent dans la création d’un webzine dédié à des artistes qui nous enivrent. Nous écoutions Grand Blanc dans des soirées débridées ou des moments de blues. Le groupe jouait des morceaux qui semblaient résonner parfaitement en moi à l’époque.

 

Soutenu par le Marché Gare, ce fût quand même une très bonne surprise que le groupe accepte l’interview par l’amateur que j’étais. Conduis directement dans leur loge, le groupe tournait déjà à la bière et je fut invité à boire aussi pour rattraper l’ambiance. C’est un groupe bien bavard qui me parle de leur tournée, de leur manière de considérer la scène avec moins de trac, de partager avec le public. On parle surtout de leur premier album forcément (“Mémoires Vives“), de leur différents Artworks : type tatouage pour leur premier EP, carrosserie propre et bien huilé pour leur album. Propre mais accidentée, comme ayant vécu, moins neuve qu’il n’y parait, une part d’eux que le groupe semble vouloir mettre en avant ) à la fois sur scène, en image et en texte…

 

Grand Blanc se prêtera bien trop au jeu des photos. Trop facile pour un photographe avec ce genre de gueules. Nous shootons à l’extérieur déglingué du Marché Gare et le premier réflexe du groupe est de monter sur une machine de chantier, des gosses… Ils y croyaient fortement au capital rock de cette pelleteuse, ils ne retiendront finalement aucune de ces photos, trop gag. On recadre un peu, portraits simples mais efficaces. Ils sont beaux, propres et abimés.

 

Quelques heures plus tard, ils enchainent la scène après les locaux Alexis and the Brainbow. Nous sommes au Marché Gare, friche d’une ancienne zone industrielle, tâche dans la ville bourgeoise de Lyon, un lieu d’exutoire nécessaire dans la ville. Grand Blanc est donc à domicile, suinte la bière, crie le public acquis, déchainé et suant; un show simple et puissant, ils ne sont pas là pour lâcher des blagues entre les morceaux, ça joue fort et bien et c’est ce qui compte. Les claviers n’envoient plus de son pour Petites Frappes, faux moments de panique pour le groupe, la salle est suffisamment en feu pour y faire face. C’est vendredi mais c’est Samedi la nuit quand même

 

 

— L’anecdote —
Par Alexis du groupe Alexis and the Brainbow.

 

Pour la petite anecdote, la première fois que j’ai rencontré Camille, la chanteuse de Grand blanc, c’était lors d’un showcase du groupe Marie Madeleine en 2013 où elle y était chanteuse par intermittence. A l’époque nous avions un brin papoté devant le Monkey club et je lui proposait de rejoindre le groupe Alexis & the Brainbow qui en était à ses balbutiements. Celle-ci avait alors poliment refusée en me confiant qu’elle travaillait sur un projet naissant qui lui prenait pas mal de temps et qui s’appellerait : Grand Blanc !
 
 
 

— Revue de web —

 
A eux quatre, les Grand Blanc offrent un spectacle d’une rare intensité, mais également d’une désarmante honnêteté. Sans surprise, le public le leur rend bien, jusqu’à envahir la scène sur “Samedi la nuit”.
A l’Ecoute
 
Surtout, le projet a fait montre de sa dextérité sur scène ; quand on sait que leurs premières heures ont parfois été laborieuses, on mesure le chemin parcouru et l’ampleur des progrès. Une prestation riche, sans faute et presque parfaite ; on a hâte de voir la suite, sur scène comme en studio.
Indiemusic.fr
 
Cette nuit, le squale a été plus fort que tout. Imposant par son corps, surprenant par sa profondeur, Grand Blanc s’est montré grand. Le groupe, que l’on a interviewé lors de sa date bruxelloise, me témoignera juste après le concert que cette date lyonnaise est la meilleure de leur tournée.
Lavagueparallele.com
 
Merci, cela n’arrive pas tous les soirs des concerts comme ça ! s’exclamait, ému, Benoit, l’un des points cardinaux de Grand Blanc à la fin de leur très belle prestation au Marché Gare à Lyon vendredi soir dernier.
Soul Kitchen

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 Grand Blanc
🤜 Brainbow
📷 Grand Blanc, Photos 1 à 7 © Loïs Eme pour Shoot it ; Photos 8 à 14 © B. Barnéoud pour A l’Ecoute ; Photos 15 et 16 © Fabrice Buffart pour Soul Kitchen / Alexis & the Brainbow, photos 17 et 18 © Lucie Rimey-Meille pour Indiemusic.fr

Galerie de photos