“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : King Krule, Thidius

 

📌 Date : 5 Avril 2014

 

 

— Bio express —

Né en 1994 à Londres, Archy Marchall commence sa carrière musicale adolescent sous le nom de Zoo Kid. Il publie son premier album en tant que King Krule en Août 2013. “6 Feet Beneath The Moon” reçoit un accueil chaleureux de la part du public et de la critique. Très personnel, son style navigue entre différents courants musicaux (pop, electro, dub, jazz, Hip Hop) dans une teinte assez dark, renforcé par une voix froide et martiale. Après “The Ooz” en 2017, le musicien britannique a sorti son nouvel album “Man Alive !” juste avant le début la début de la pandémie et n’a pas pu le défendre sur scène, notamment au Transbo où il était annoncé en juin 2020.

 

Invité par King Krule, le groupe britannique Tidhius n’aura pas spécialement marqué les esprits. Réuni autour de la chanteuse Isobel Risk,  il a sorti un EP en 2014, au moment de ce concert, puis un autre en 2017, sans attirer beaucoup plus la lumière. Pourtant, son mix de pop, soul, jazz et electro avait certains atouts non négligeables.

 

 

— Le souvenir —
Par JB, régisseur général du Marché Gare.

 

Le groupe sort du van, on dirait une bande de potes à peine sortis de l’adolescence. Ils paraissent tellement jeunes ! Larges sourires et démarche hésitante, le groupe affiche une garde-robe douteuse associant joggings informes et chemises à motifs. On se salue, on échange quelques mots et on se met au travail.
 
Le concert affiche complet, il fait beau, l’ambiance est détendue. La pression des jours précédents ce concert attendu retombe. Le groupe s’installe sur scène et commence à jouer sans attendre qu’on termine de brancher les micros. Le groove est déjà là, le feeling entre le bassiste et le batteur est incroyable. Guitare désinvolte et voix d’outre-tombe, King Krule se met à chanter. Jude, l’ingé son taiseux esquisse un quart de sourire. On sait que ça promet pour ce soir. En quelques minutes le mix sonne incroyablement bien.
 
Les quatre musiciens enchainent les morceaux, je suis réellement sidéré par ce mélange de maturité et de fraîcheur, par cette science du relâchement qui fait si souvent défaut aux artistes sur scène. Le concert est sublime, on prend tous une bonne claque. Quel plaisir d’être là !
 
Une heure après la fin du concert, King Krule demande s’il peut revenir sur scène pour faire un bœuf. Il est minuit et demi, c’est l’heure du démontage, la journée a été longue et on enchaine avec d’autres concerts les jours suivants… mais je ne me sens pas de priver tout le monde d’un after. Assis par terre, au bord de la scène ou contre un mur, les quelques privilégiés qui sont restés tard ce soir-là gardent un souvenir impérissable de cette jam session.

 

 

— L’anecdote —
par Kevin Pailler, photographe

 

J’ai attendu la fin du concert pour aborder l’artiste. Je voulais absolument le rencontrer et avoir quelques minutes avec lui pour tirer un portrait. Mais pas facile d’avoir un contact en amont. J’essaye par le biais de l’orga, du label, tout ce que je peux. Mais rien n’abouti.

 

Je me fais le concert et à la fin quelqu’un de l’équipe vient me voir pour me dire : “Reste, mets ce bracelet, quand la sécu va vider la salle, avec ça autour du poignet, tu pourras rester, le groupe va nous faire un boeuf privé” Parfait !

 

Et King Krule de revenir avec ses zicos pour nous faire de l’impro bien rincée. A la fin je vais le voir, c’est détendu, tout le monde est pote là-dedans à présent. Et on se fait quelques photos à la cool, en buvant des bières.

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 King Krule
🤜 Thidius
📷 Photo de couverture © Kevin Pailler ; Photos noir et blanc © Isabelle Jacquemond ; photos couleurs © Marion Nigoghossian pour Le Mauvais Coton

Galerie de photos