“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : The Big Pink, For The Chosen Few, Fairchild

 

📌 Date : 22 janvier 2010.

 

 

— Bio Express —

 

The Big Pink
“En guise d’amuse-gueule et de flatte-oreille de ce début d’année, le Marché Gare nous sert sur un plateau l’une des sensations de 2009. Type de sensations ? Frissons, oreilles bourdonnantes, état fébrile, tremblements. Grippe A ? Coup de foudre ? Non, The Big Pink. […] En fin de compte, ici, il n’est pas question que de noirceur. Le duo ne s’est-il pas fait une place au panthéon 2009 des groupes à suivre avec Dominos, prodigieux et enthousiasmant hymne down tempo en forme de vague à l’âme minimaliste prêt à tout emporter ?”
Annonce du concert dans le Petit Bulletin du mercredi 13 janvier 2010 / Stéphane Duchêne.

 

For the Chosen Few
Le groupe s’est formé autour d’Arnaud (chant/guitare) en 2003, dont le projet existait en solo depuis quelques années et avait déjà un répertoire solide. Après plusieurs changements de line-up, un des tournants importants a été l’entrée d’une troisième guitare en 2005, définissant vraiment l’identité musicale du groupe.

 

Fairchild
Le groupe lyonnais Fairchild c’était “une voix cristalline sur des arrangements aériens, qui créaient une pop/rock onirique et féerique”.

 

 

— Le Souvenir —
par Lionel du groupe For The Chosen Few

 

Difficile de réaliser que plus de dix ans se sont écoulés depuis cette date. Comme celui de l’Épicerie Moderne, quelques semaines plus tard, ce concert est forcément un souvenir fort puisque ce fut un des derniers que nous ayons joués ensemble.

 

C’était pour FTCF la concrétisation de pas mal d’années à travailler dur pour se forger un son singulier, adapter les compos à la scène et gagner la crédibilité des programmateurs locaux, après deux tournées en totale autonomie et pas mal d’enregistrements autoproduits…

 

A titre perso, je retiens surtout de ce concert une énergie brute et communicative, un de ces rares moments où nous avions assez d’espace pour sonner comme nous le voulions. Je pense que la configuration de scène et la jauge du marché gare nous convenaient plutôt bien. Pour l’anecdote, nous avions allègrement dépassé le temps de set qui nous était alloué… Ce qui était une fâcheuse habitude vue la durée de plupart de nos morceaux.

 

— Le Souvenir —
par Alix du groupe Fairchild

 

Je me souviens bien de cette date, c’était notre première “grande” scène sur Lyon qui faisait suite à une semaine de résidence passée au marché gare. Je ne me souviens plus dans quel contexte nous y avions eu accès, peut être via Dandelyon à l’époque.

 

J’étais impatiente de montrer notre travail sur scène, et en même temps assez flippée car on ouvrait pour un groupe qui n’avait pour le coup pas grand chose à voir avec ce qu’on faisait. J’avais un peu peur de la réaction du public. En plus, comme il y avait 3 groupes ce soir là et que la tête d’affiche avait beaucoup de matériel, on s’était finalement retrouvés à jouer sur un tout petit bout de scène.

 

Mais je crois qu’on s’est vraiment tous lâchés et amusés pour la première fois ce soir là, le public m’a paru bienveillant, et il y avait également pas mal de nos amis ce soir là.

 

 

— L’anecdote —
par Benjamin Petit, coordinateur du Marché Gare depuis 2009

 

A cette époque nous nous occupions nous-mêmes de cuisiner pour les soirs de concert. Ma recette fétiche du moment était les lasagnes au saumon. Mais à cuisiner pour 30 personnes sur une petite plaque électrique, dans le speed des préparatifs et de l’accueil des artistes, il y avait souvent des ratés… ce jour-là, impossible de réussir ma béchamel.

 

A 19h c’était la panique totale. Pendant qu’on lançait la préparation du bar et de la billetterie, c’est le manager du groupe qui a rattrapé la sauce et qui a permis à tout le monde de manger avant l’ouverture de la salle. Heureusement que par la suite on a pu commencer à travailler avec Marie et Franck pour la préparation des repas, ça nous grandement soulagés (et c’était bien meilleur…) !

 

 

— Que sont-ils devenus ? —

 

Après deux albums en 2009 et 2012 et pas mal de mouvements de personnel, The Big Pink a drastiquement ralenti le rythme et n’a fait que quelques dates ponctuelles, surtout en Angleterre. En 2016, un nouveau clip est sorti, suivi d’un EP et un troisième serait en préparation. 

 

For the Chosen Few s’est séparé au début des années 2010. Arnaud continue de faire de la musique (il a notamment tourné avec Les Marquises) et écrit des articles pour New Noise ; Gérald (guitare) a monté sa boîte de design graphique Pangram ; Sylvie (batterie) a quitté la région lyonnaise, Nico (basse) travaille comme régisseur pour France 3 et Lionel (guitare) a monté le site darkglobe.fr, en stand by pour le moment.

 

Fairchild n’a jamais officiellement splitté mais c’est tout comme. Quand Alix et Nicolas, couple “à la vie et à la scène” comme on dit, à l’origine du projet se sépare personnellement, ça devient difficile. Nicolas est ensuite devenu le bassiste de Animali, et a participé à la création de Jafar Films, un collectif de production audiovisuel basé à Lyon. De son côté, Alix a tenté de développer un projet solo, Ayenash puis Alix L. avec l’ancien claviériste de Fairchild mais le tout reste en stand by.

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 The Big Pink
🤜 For the Chosen Few
🤜 Fairchild
📷 Photos concert © Kymmo, Page Facebook The Big Pink, FTCF © Jessica Weigel. 

 

Galerie de photos