“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : The Briefs, Surfin’ Matadors, Flashfalcon

 

📌 Date : 10 Mars 2006.

 

 

— Bio Express —

 

The Briefs

Formé à Seattle, le groupe n’a pas mis longtemps à convaincre tous les fans de punk-rock’n’roll. Avec 4 albums dans la première moitié des années 2000, The Briefs a fait mieux que rendre hommage à ses ainés britanniques, Buzzcocks, 999 et The Adverts en tête, il a régné sans partage. En mars 2006, le groupe venait présenter son 4e album “Steal Yer Heart”, sorti chez BYO records aux Etats-Unis et sur le label marseillais Lollipop pour l’Europe.

 

Surfin’ Matafors

Quatre musiciens viennois forment Surfin’ Matadors en 2003 sur les cendres d’un projet de big band soul rythm’n’blues. Influencés par la musique noire américaine des sixties et le garage rock des Dirtbombs ou Fleshtones, ils ont étiqueté leur musique “soul’n’roll”. Après deux 45 tours, le groupe a tiré sa révérence.

 

Flashfalcon

Fondé en 2005, le groupe lyonnais Flashfalcon compte bien redorer le blason du heavy-rock, influencé par ACDC, Judas Priest et des groupes plus récents comme Hellacopters ou Backyard Babies. Il a sorti 2 Eps, un album et un split avec le groupe strasbourgeois Los Disidentes Del Sucio Motel avant de se séparer.

 

 

— Le Souvenir —
par François “Tong” Arquillière, membre de la Locomysic jusqu’en 2010 et actuel responsable de la com du Marché Gare

 

A cette époque, je travaillais à la Locomysic, une structure qui organisait des événements à Vienne, dont le festival Les Authentiks au Théâtre Antique après Jazz à Vienne. Je n’étais pas programmateur mais je proposais régulièrement des groupes. Par le biais de mon émission de radio et webzine Tous en Tong, je deviens hyper fan des Briefs, manque leur concert de Valence en 2004 mais me rattrape l’année suivante au Kao. Grosse claque que cette soirée, avec les Marseillais Hatepinks et Neurotic Swingers.

 

Je garde contact avec Steph de Lollipop records, qui joue dans Neurotic Swingers et qui gère maintenant le disquaire du même nom à Marseille. L’année suivante, le groupe revient en Europe pour la promo de l’album “Steal Yer Heart” et il me propose qu’on fasse la date à Lyon. Ce sera au Marché Gare, qui vient d’ouvrir, avec une jauge parfaite pour le groupe (le concert sera d’ailleurs complet). Un coup de fil à nos potes viennois Surfin’ Matadors et un autre à Flashfalcon, que mon ami d’enfance Paco vient de monter et c’est parti.

 

C’était il y a 15 ans, difficile d’avoir des souvenirs précis ; je me souviens avoir emmené le bassiste réparer son instrument dans le Vieux Lyon, qu’il faisait très chaud, qu’on avait eu beaucoup de mal à gérer le bar, alors situé dans un petit renfoncement, on devait faire rouler les fûts dans le couloir au milieu du public pendant la soirée. Et sinon, le concert était mortel bien sûr. Le groupe a ensuite un peu disparu des radars, c’est avec une joie immense qu’on a pu les refaire rejouer au Ninkasi à Lyon en 2019 avec notre asso Tous en Tong. Cette même année, j’ai intégré l’équipe du Marché Gare, une sorte de bouclage de boucle.

 

 

— Le Souvenir —
par Paco, chanteur de Flashfalcon.

 

Cette première partie des Briefs au Marché Gare a été la deuxième date de Flashfalcon ; un vrai cadeau de l’ami François Tong. Pour ma part, ce concert a été un mélange d’excitation, de stress, d’adrénaline et surtout de tension assez intense par rapport à la pression d’ouvrir pour les punkrockers de Seattle que j’avais déjà vu à l’œuvre à Valence (Rutabaga Connexion). En arrivant à la salle je les aperçois en pleine balance et je suis scié par la rapidité et l’efficacité de l’exécution de chaque morceau. C’est à la fois un privilège et un honneur d’être là, à partager les planches avec un tel groupe.

 

Je rejoins mes comparses dans les loges et malheureusement nous ne piperons pas mot avec les Briefs. Ils resteront enfermés dans leur loge tout du long. J’étais un peu déçu mais maintenant, je me rends compte qu’ils tournaient intensément et que le moindre moment de repos était bon à prendre.

 

Il m’est impossible de me rappeler de ce que nous avions donné sur scène mais j’ai éprouvé un certain plaisir à vivre ce moment de punk rock qui ne fera que confirmer mon choix de poursuivre coûte que coûte dans la musique même si ce n’est que pour le plaisir d’être là.

 

 

— Le Souvenir —
par Jej, chanteur et guitariste de Surfin’ Matadors.

 

Pour les souvenirs de cette soirée là, on était vraiment très content d’ouvrir pour The Briefs. Comme d’habitude avec Surfin’, ça avait été compliqué car Jack, le batteur originel ne pouvait pas assurer cette date. C’est donc avec notre batteur remplaçant et néanmoins ami Seb Zéro que nous avions pris le temps (très court) de répéter le set de ce live. Et c’était également le premier concert de Tonio Casas qui venait de reprendre la basse dans le groupe.

 

C’était très excitant de jouer dans ce contexte et de partager la scène avec les fameux The Briefs. Le concert est gravé à jamais dans ma mémoire comme une prestation scénique pas toujours “juste” d’un point de vue musical mais d’une sauvagerie et d’une énergie très intenses. Une urgence chaotique et explosive qui nous a bien mis en transe ce soir là et j’ai encore l’impression que nous avions bien préparé l’arrivée de nos punk rockers de Seattle.

 

 

— Et maintenant ? —

 

Après une longue pause suite à cette tournée et des projets parallèles (The Cute Lepers, Sharp Objects), The Briefs est revenu en 2019 avec un nouvel album “Platinum Rats”. On a même pu les revoir sur scène au Ninkasi Gerland, en compagnie des locaux Scaners.

Côté Surfin’ Matadors, Renaud le claviériste gère la Librairie Lucioles à Vienne, Jack le batteur continue de tourner avec différents projets, du rock au théâtre de rue et Jej le chanteur joue désormais dans Pervitin.

Paco de Flashfalcon officie dans The Hi-Lites et The Segments, Matt le guitariste vit au Canada où il a monté plusieurs groupes comme The Sangomas ou The Sick Things, la batteur Royer joue toujours dans le notoire groupe de black métal screamo Celeste et Nick (basse) avait monté Savage Riposte avec Pav (Scaners)  qui a pas mal tourné en Europe et a notamment enregistré à Los Angeles avec Greg Gordon.

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 The Briefs
🤜 Flashfalcon
🤜 Lollipop Records
📷 Photos The Briefs © Dangerhouse Archives ; Surfin’ Matadors archives personnelles ; photo Flashfalcon © Sarah W. ; Vidéo Surfin’ Matadors au Clacson par R2Zik

Galerie de photos