“ARCHIVE MOI !” Dans les classeurs du Marché Gare 2006-2020

 

Pendant toute l’année 2021, on fouille dans les classeurs de votre salle de concerts préférée. Vous avez envie de nous raconter une anecdote pour “Archive Moi !”, c’est par ici.

 

🎤 Les artistes : We Were Promised Jetpacks, The Hi-Lites

 

📌 Date : 06 Mars 2015.

 

 

— Bio Express —

 

We Were Promised Jetpacks

Le groupe WWPJ (plus simple) se forme en 2003 à Edinburgh. Lorsqu’il joue au Marché Gare, il vient de sortir son 3e album “Unravelling”, montrant des compositions plus posées sans négliger l’intensité des débuts, marque de fabrique élaborée sur l’immense “These Four Walls”, premier album explosif.
Après avoir quitté FatCat Records pour Big Scary Monsters, WWPJ a sorti un 4e album studio en 2018 et le EP “Out of Interest” l’an dernier.

 

The Hi-Lites

Les Lyonnais The Hi-Lites débarquent en 2015 avec un premier LP dans une veine indie-punk broyé par un post-punk tendu. On retrouve dans ce groupe de veilles connaissances de la scène lyonnaise, avec des ex ou actuels Binaire, X-Ray Vision, Pervitin, Flashfalcon.
Le groupe a ensuite sorti “Dive at Dawn” en 2018 dans lequel il emmène son punk noisy vers des contrées post-punk plus actuelles, croisant aussi bien en chemin Fugazi ou Hot Snakes, que Frustration ou Holograms.

 

 

— Le Souvenir —
par Vincent, spectateur et co-gérant de Bad Health Records.

 

Six ans. Ce 6 mars 2015, cela fait déjà six ans que “These Four Walls”, l’urgent premier LP des Ecossais, est parvenu jusqu’à mes oreilles. Depuis, deux autres albums sont parus et c’est le plus contemplatif “Unravelling” que WWPJ vient défendre au MG ce soir là.

 

C’est un public clairsemé qui entamera sa soirée avec les copains de The Hi-Lites, groupe formé de vieux briscards du coin, présentant pour l’occasion le premier LP de leur indie post-punk tendu.

Vient le tour des Britanniques qui proposera un set varié laissant une grande place à leur dernière parution mais agrémenté de la fureur de leurs premiers morceaux. Les trois guitares présentes sauront nuancer la soirée, entre envolées post-rock et tension indie. Jusqu’à l’implacable “Quiet Little Voices” qui douze ans plus tard se porte toujours comme un charme.

 

Six ans après ce concert, “These Four Walls” continue d’occuper régulièrement une place de choix sur la platine, on aura participé à la sortie du deuxième LP de The Hi-Lites avec notre label Bad Health Records, et j’aurai « fêté » mes un an sans concert…

Autant dire qu’on a plus que hâte de reprendre nos activités. Et dans un Marché Gare tout neuf pour l’occasion tiens.

 

 

— Le Souvenir —
par Paco, chanteur des Hi-Lites

 

Invités au “Day Off” à Sol Fm en collaboration avec le Marché Gare, sorte de KEXP local ;), nous discutons alors avec Benjamin Kohler pour une éventuelle première partie qui se concrétisera quelques mois plus tard avec les écossais de We were Promised Jetpacks.

 

En plein deuil d’une salle mythique lyonnaise, le Clacson – grosse pensée à Clapton qui nous a quitté il y a peu – nous arrivons, le cœur lourd, au Marché Gare, salle qui annonce une rentrée sonore prometteuse et qui respire l’avenir des lieux rock  indé lyonnais.

Nous enchainons sur une balance quelque peu complexe, la caisse claire résonnant fort, mais l’ami Simon Faust aka Sugar Kid – qui assure le son pour nous ce soir là – s’en sortira haut la main.

 

Je me souviens du magnifique baby foot pour des derbys interminables entre Scotch arborant les couleurs vertes de Sainté et Bruno le maillot des Gones. Entre nous ce sont bien les couleurs du Brésil qui ont mis un terme à un match rasoir  comme un dimanche avec mémé à Saint Chamond et son fameux plaid bien réconfortant.

 

Tout se passe comme sur des roulettes, nous enchainons sans trop de fracas les morceaux et nous finissons le set avec l’impression d’avoir suffisamment fait le job pour mettre en appétit le public pour les écossais.

Cette date a ravivé les bons souvenirs d’une époque faste du Clacson où les concerts finissaient au petit matin avec des discussions hautement philosophiques. C’est d’ailleurs lors des 30 ans de ce lieu qu’a émergée l’idée de former The Hi-Lites.

 

 

— Le Souvenir —
par Pierre, batteur de The Hi-Lites

 

Je me souviens bien de cette soirée pour plusieurs raisons : déjà pour moi c’était la première fois au Marché Gare, où j’avais vu pas mal de concerts, et c’était la première fois que Simon (également sondier de Decibelles ndlr) nous faisait le son et on avait eu que des bons retours, disant que ça sonnait grave. Je sais plus exactement mais en plus, on avait été rajouté un peu au dernier moment sur cette soirée, car au départ on devait jouer quelques semaines avant avec The Orwells mais ça avait été annulée

 

Je me rappelle aussi que 20 minutes avant le début du concert, on avait un peu flippé parce qu’il n’y avait personne dans la salle, on s’est dit que tout le monde allait rester au bar pour la première partie ; et finalement à 2 minutes d’entrer en scène, on a vu la salle se remplir. Au final il y a eu une super ambiance. C’est peut-être du au fait que Paco notre chanteur avait mis un pull rayé rouge et blanc à la Charlie et que le public a pu jouer à “Où est Paco ?” pendant notre set.

 

 

— Liens & Crédits —

 

🤜 We Were Promised Jetpacks
🤜 The Hi-Lites
📷 Photos JMS pour Intimepop ; Vidéos IntimePop et phieso1506 sur Youtube.

 

Galerie de photos