Ils ont ouvert le show de The Mystery Lights le 1er février au Périscope. Le Marché Gare a souhaité en savoir un peu plus sur le jeune trio lyonnais Johnnie Carwash, en répondant à nos 5 questions…

 

 

1. Vous avez participé aux Auditions Inouïs, après avoir été suivi par le Labo du Conservatoire, pourquoi avoir candidaté au début ? 

On a bénéficié de l’accompagnement du Labo avec un ancien groupe à nous, c’était extrêmement enrichissant ! Contrairement à l’image institutionnelle que les gens peuvent avoir du Conservatoire, le Labo est un dispositif d’accompagnement similaire à ceux proposés par la plupart des SMAC : coaching scénique, résidences, studio, répétitions, rencontres et ateliers avec des professionnels du secteur… On a eu la chance de pouvoir plus tard construire Johnnie Carwash sur ces bases.
Du coup on a candidaté aux iNOUïS pour gagner la compétition contre nos adversaires ! Plus sérieusement on sentait que c’était le bon moment pour nous afin de donner de la visibilité au groupe et nous aider dans notre recherche de partenaires. Les auditions étaient un concert comme un autre, on s’est bien amusé malgré l’élongation à la cuisse droite de Bastien.

 

2. Vous avez une esthétique très rétro/vintage sur vos réseaux sociaux, visuels clip/EP, vos influences musicales… c’est une période que vous auriez souhaité connaitre ?

Ce n’est pas une volonté de notre part d’être rétro ou vintage. On a choisi la photo de “Mom is a Punk !” surtout parce qu’elle nous faisait marrer, le titre est ensuite venu de lui-même. Et ça aurait très bien pu être une photo de 2020 !
On n’a pas non plus choisi d’aimer le rock et on a tous écouté AC/DC avant Thee Oh Sees (personne n’est parfait). On se retrouve dans cet héritage mais on se sent plus proche de la scène actuelle qui est très riche et qui nous inspire avant tout ! 
 

3. Au merchandising vous proposez pour l’instant vos titres en K7, vous comptez relancer l’industrie de la cassette ou un autre format en vue pour une prochaine sortie ?

On propose des cassettes car c’est la première opportunité qui s’est présentée à nous (merci Hayko, on te rendra peut-être ton enregistreur un jour). Et puis l’objet est cool et attachant, on prend du plaisir à les faire nous-mêmes avec nos petites mains ! Pour le vinyle, il y aura bientôt du neuf sur la table de merchandising donc continuez de venir aux concerts…

 

4. Par les différents dispositifs locaux (Ninkasi Musik Lab, Labo du conservatoire…) on a l’impression que la scène locale est très active. Y-a-t-il malgré tout une sorte de concurrence ?

Ce n’est pas du tout une impression, la scène locale est hyperactive ! On pense notamment aux potes : TV Sundaze, Decibelles, Arche, Capturne, Hayko, Claire Days, Luje, ROUUGE… En fait il y a trop de groupes bien pour tous les citer. On est tous dans le même bateau, on se serre les coudes !

5. Tout s’est enchaîné très vite pour vous, qu’est-ce qu’on peut vous souhaitez pour la suite ?

C’est vrai que tout a été très vite : on a amélioré notre local avec l’arrivée d’un micro-onde il y a peu, manque plus que l’eau courante maintenant !

 

 

Suivre l’actu du groupe > Facebook / Instagram / Youtube

Photo © Clara Ozem