vendredi 26 janvier
20h
Le Marché Gare & le Chenil présentent

Le collectif Le Chenil regroupe des artistes, graphistes, réalisateurs, musiciens, tatoueurs et sérigraphes réunis sous le dieu chien de l’ultime Gloubiga. A l’occasion de la sortie de leur livre « Tous Soudés pour les Dessouder » regroupant une trentaine d’artistes sur le thème du chien, Le Chenil met les petites gamelles dans les grandes et invite les groupes Zëro et Noir Boy George à venir aboyer à la lune.

 

ZËRO

(Post-Rock –  Shoegaze / Ici d’Ailleurs )

https://zeromusik.bandcamp.com/ 

 

D’album en album, de scène en scène, Zëro se bonifie, intègre son passé comme la meilleure des influences pour imposer une nouvelle identité et écrire une nouvelle page de son histoire. Voilà un groupe qui n’a plus rien à prouver mais animé par la volonté de toujours amener les choses un cran au dessus.

Que se soit dans les moments de fureur ou dans les passages plus atmosphériques, Zëro est désormais passé maître dans l’art d’installer une tension permanente. Parfois tout en retenue, parfois aliéné, la musique de Zëro se distingue par sa capacité à ensevelir l’auditeur sous une somme de détails sans jamais l’étouffer. Un véritable savoir-faire qui n’est pas donné à tout le monde.

 

Noir Boy George
https://noirboygeorge.bandcamp.com/

(No-Wave / Punk – Grande Triple Alliance de l’Est)

“Si vous avez passé ces dernières années à guetter nerveusement du côté de la ligne Maginot, vous avez forcément dû croiser le chemin de Noir Boy George par le biais de ses innombrables projets annexes, tous ralliés sous la bannière flamboyante de la Grande Triple Alliance Internationale de L’Est (The Dreams, AH KRAKEN, Crash Normal, Scorpion Violente ou encore le Chômage pour ne citer qu’eux). En revanche, si vous regardiez ailleurs pendant tout ce temps, alors vous êtes probablement tombés nez à nez avec sa tronche patibulaire sur la pochette du dernier album de Jessica 93. Et vous n’étiez pas prêts.

Pas prêts à laisser entrer dans l’intimité de votre discothèque un mec qui chante les séances de shoot sous les ponts lorrains, les bébés congelés et les tournantes dans les bois. C’est compréhensible. Ce qui l’est un peu moins par contre, c’est de voir que les 40 % d’antenne alloués à la chanson francophone sur nos ondes ne sont pas entièrement squattés par les chansons du héraut messin. Perso, je pourrais écouter « Enfonce-toi dans la ville » tout le temps, et c’est d’ailleurs à peu près tout ce que j’ai fait en 2014.”   Noisey 

 

TARIF
7€

concert à venir au marché gare