vendredi 27 avril
20h
Marché Gare présente

Le belge J. Bernardt – aka Jinte Deprez, membre du groupe Balthazar – se lance dans une carrière solo. Abordant tour à tour les thématiques de l’amour, de la perte ou encore de l’absence, l’artiste évite avec brio l’écueil du mélodrame dégoulinant, impulsant dans ses compositions une énergie solaire, propice à une forme d’introspection bienheureuse.

 

J. BERNARDT

(Pop / Songwriting / Synthétique)

Site • jbernardt.com

Facebook • facebook.com/JBernardtmusic

 

Bien souvent lorsqu’un artiste s’échappe en solo, il a tendance à tomber dans une routine en ce qui concerne l’écriture – une habitude dont Deprez ne nie pas avoir eu à se défaire. « J’ai beaucoup d’automatismes quand je compose, si bien qu’au départ je continuais à produire en solo une musique très proche de celle de Balthazar » explique-t-il. Mais après avoir un peu expérimenté avec un Korg PolySix, le projet a commencé à prendre forme, sortant de sa zone de confort. « En travaillant seul, j’ai appris qu’il était plus facile de composer de la musique que de véritablement terminer un morceau », dit-il en rigolant. « Et c’est sans doute la partie la plus intéressante de l’expérience – et celle dont j’avais le plus besoin – car lorsque vous vous engagez sur cette route, vous vous découvrez vous-même ».

Sur ce chemin de l’auto-découverte, Deprez a commencé à explorer de nombreux genres musicaux qui l’ont toujours passionné, mais qu’il n’avait pas pu exprimer au sein de Balthazar. « J’aime toujours autant ce son inspiré des 60s que nous avons créé avec le groupe – mais pour ce projet, j’ai commencé à réfléchir à ce que j’aurais joué dans une grosse soirée ». C’est peut-être la raison pour laquelle Running Days déborde de références R&B, soul et hip hop ; qu’il fait echo au son 90’s de l’époque D’Angelo et à la voix d’How To Dress Well, sur des beats inspirés de Child of Love et d’une mélodie simple comme celles de Gorillaz. Que cela soit dans les refrains ensoleilles de ‘The Direction’, des cuivres jazzy et mélodieux de ‘Wicked Streets’ et ‘Motel’ ou les délicieuses lenteurs de ‘Calm Down’, coupées de synthés et de pause.

 

KØS

(Electro-Pop)

soundcloud • http://bit.ly/2x945Iz

youtube •  http://bit.ly/2h95wCI

 

Entre balades sombres et entêtantes, KØS intrigue. Après une rencontre qu’ils doivent au hasard, Juliette et Johan façonnent leur univers, empruntant habilement plusieurs voies comme des sonorités électroniques planantes et des mélodies pop et folk mélancoliques, nous ramenant toujours à l’essentiel.

A travers leurs textes, le groupe évoque la nostalgie, la névrose et la peur tout en gardant cet optimisme discret. Le duo façonne une musique à la fois douce et fragile, influencée par divers artistes allant de London Grammar à Lana Del Rey en passant par Oh Land, Woodkid ou encore Aurora. KØS se veut minimaliste d’un point de vue esthétique, à la fois par ses tenues androgynes mais aussi dans l’univers graphique et visuel qu’il dégage. A travers l’ombre et la lumière, les artistes jouent sur cette dualité servant de fil conducteur à leur musique. Leur nouveau single sortira au printemps 2018.

TARIF
15€ guichet | 13€ en prévente et abonnés Périscope, Bizarre!, Epicerie Moderne | 11€ abonnés Marché Gare