vendredi 5 mai
20h
Afx, Myfavorite et Born Bad Records présentent

En ses 10 années d’existence, le label Born Bad records aura su nous surprendre. Alors que son nom commence à faire référence sur la scène punk et rock’n’roll française, le label parisien décide assez rapidement de sortir de ses zones de conforts.  Démonstration en 2014 avec Forever Pavot, Toulousain débrouillard, bricoleur et son album « Rhapsode » hymne moderne au psychédélisme des années 60, aux bandes originales de Gainsbourg et Ennio Moricone, à la croisée du jazz et la pop. Tout aussi débrouillard, le Lyonnais François Virot use de sa créativité en cachette depuis plusieurs années, au sein de Réveille, Clara Clara ainsi qu’en solo. A sa modestie spontanée, s’ajoute un talent travaillé et réfléchi que Born Bad saisi cette année avec son deuxième album « Marginal Spots », un disque plein de vie, riche et minimal. Une soirée qui marquera donc le caractère audacieux, exigeant et dynamique du label… longue vie à Born Bad records !

 

FOREVER PAVOT

(FR / 60’s Pop & Psychedelia )

https://www.facebook.com/ForeverPavot/

« La mode, c’est ce qui se démode » disait Cocteau. S’il est mort sans avoir pu écouter le premier album de Forever Pavot, on doit bien reconnaître au poète une prophétie : la classique opposition entre passé et futur est complètement conne. Sur ce registre, Forever Pavot s’en tire avec les honneurs. Faire du neuf avec du vieux, ou plutôt faire du beau grâce à des vieux, c’est toute l’ambition de « Rhapsode », disque où les sixties d’Ennio Morricone, Francis Lai et autres compositeurs de musiques de films trouvent enfin le chanteur qui leur manquait, et on peut décrire Emile Sornin, leader de Forever Pavot comme un artisan du solide, à la fois pro de la bidouille et démolisseur de cloisons.

 

 

FRANÇOIS VIROT

(LYON/ Lo-Fi Pop )

https://www.facebook.com/francoisvirot

François Virot est un musicien hyperactif, né à Lyon il y a un bientôt trois décennies, pendant lesquelles il semble avoir déjà tout, tout appris. En plus de la musique en solitaire, guitare en bois sur les genoux, il joue (très fort) de la batterie avec son frère Charles dans un trio pop noise balistique qui s’appelle Clara Clara, invente des side-projects mirifiques et passe le plus clair de son temps sur la route à faire léviter les audiences au fond des caves et à vendre une de ses 17839 démos emballée et scotchée à la main pour l’occasion. Précoce total, François ressemble un peu à un de ces petits miraculés de la génération internet qui ont tout tenté et tout connu si tôt qu’à 20 ans, ils sont déjà de vieux sages. Apprentissage de la guitare à l’âge de raison pour imiter Kurt Cobain, Prong et Brian Adams, découverte de Jesus Lizard, The Melvins et Sonic Youth (« mais Sonic Youth j’aimais pas trop ») deux ans plus tard, formation de son premier groupe punk crust (les Casseroles Brûlées, sous influence The Ex) à douze ans. Et le lendemain, Le lendemain, il part sur la route, au Canada, en Allemagne, en bas de chez vous, enregistre quelques covers de Jay-Z ou Jobim, voit son reflet dans un feu de camp et boucle son premier album officiel Yes Or No (2008) presque simultanément. Avant d’enchaîner sur une tournée solo puis un deuxième Clara Clara (Comfortable Problems – 2010), encore une tournée, un premier Reveille (Time and Death – 2010) et ainsi de suite.
S’il se produit encore occasionnellement en solo, il n’a pas donné de suite officielle à Yes Or no et semble privilégier le jeu en groupe, que ce soit avec Clara Clara (actuellement au travail sur le troisième album) ou avec Reveille, dont le deuxième album Broken Machines est sorti en juin 2013 chez Clapping Music. Non content d’avoir enregistré/mixé lui-même la plupart de ces disques, il s’essaie depuis peu à la réalisation pour autrui et vient d’enregistrer et de mixer le premier album d’Alligator, Runners.

 

TARIF
Tarifs : 14€ sur place | 12€ en prévente + abo. Marché Gare,Périscope, Epicerie Moderne et Bizarre !, Marché Gare (dans la limite des places disponibles)