RENCONTRE AVEC PIXVAE

30 juin 2016

Suite à leur résidence au Marché Gare les 14 & 15 Juin derniers, nous avons voulu en apprendre plus sur les influences qui composent l’univers mâtiné et tropical de Pixvae.

 

 

Bonjour Pixvae !
Pixvae est la rencontre improbable et réussie entre l’univers plutôt math-rock de Kouma, et les mélodies et rythmiques du Pacifique sud-colombien de Nilamayé. Nous connaissions déjà certains d’entre vous par le biais d’autres formations (Ukandanz, Kouma, Polymorphie…) et votre intérêt marqué par un croisement des esthétiques. Néanmoins comment cette synergie avec Pixvae a-t-elle était possible, et comment a eu lieu cette rencontre ?

Cette rencontre est née de la convergence de deux événements. D’une part l’envie commune que nous avions depuis un moment, Jaime Salazar (leader de Nilamaye) et moi même de monter un projet musical hybride et d’autre part la réflexion que nous avions entamée avec Kouma autour d’un troisième disque que nous aurions voulu bien différent des deux précédents. Ces deux envies se sont vraiment rejointes le jour ou j’ai fait écouter aux musiciens de Kouma (Leo Dumont et Damien Cluzel) des morceaux de musique traditionnelle colombienne que Jaime m’avait transmis et qu’ils ont trouvé magique. Suite à cet enthousiasme, on a imaginé avec Jaime comment un projet se situant au point de jonction de nos deux esthétiques (Kouma et Nilamaye) pouvait exister, et au fil des discussions Pixvae à pris forme.

 Vous vous lancez dans une tournée d’une semaine entre La Suisse et Avignon.  Quel a été l’objectif de ces deux jours de résidence au Marché Gare avant le départ ?

Nous sortons de studio et nous avons voulu peaufiner le live avant d’attaquer la tournée de cet été. L’idée était donc de travailler avec notre ingénieur du son le son de façade et de plateau,  de valider un plan de scène, une set-list et d’aborder tout doucement un plan de feu, qu’on affinera sur une prochaine résidence. On a également voulu travailler avec Pierre Talaron (metteur en scène) afin qu’il nous donne son avis en tant que regard extérieur sur toute ces questions. Et je crois que ce travail a été bien fructueux.

Un premier album est donc prévu début octobre, et cette vidéo « El Curruco » nous propose un très bel aperçu de la session d’enregistrement. Quelques mots sur cet album à paraître  ?

Ça y est, il est presque terminé ! Nous finalisons dans les jours qui viennent le mastering. Nous l’avons enregistré dans un tout nouveau studio à Caluire avec Julien Jussey (Animali, Erotic Market, …) au mois d’avril (et nous le recommandons). Il contient 8 titres (dont une version plus longue d’El Curruco) et sortira chez Buda Musique pour le CD et Bongo Joe pour le vinyle. 

Nous l’avons co-produit avec le Grolektif. Il y aura bien entendu une tournée autour de la sortie ainsi qu’une release party à Lyon, mais on garde la surprise du lieu et de la date pour l’instant. 

Quels titres à nous suggérer pour aller plus loin dans les influences et l’univers de Pixvae ?

Pour se faire une idée de nos influences et de ce qui nous a amener à créer ce groupe, je pense que le mieux est d’écouter tout d’abord la musique du pacifique Colombien, avec des groupes tels que Grupo Canalon de Timbiqui, Grupo Bahia et son leader Hugo Candelario, Grupo Gualajo et bien sur Nilamayé dont le disque sort également cet automne. 

Pour le reste, je peux égoïstement parler de ce que j’écoute ou ai écouté et ce qui m’a sans doute influencé pour Pixvae, en citant des groupes tels que ZU (premiers albums), Moha ou Lighning Bolt pour la partie noise/rock (et c’est très réducteur), en passant par Aka Moon, Octurn ou Thot pour la partie “jazz” (encore une fois très réducteur) ou encore Ukandanz, Chromb!, Erotic Market, Sheik Anorak ou Mazalda pour la partie “copains” (mon dieu que c’est réducteur..). Et je cite les copains, pas juste pour leur faire de la pub, mais parce que j’aime vraiment bien ces groupes. Je pense que dans une ville plutôt petite comme Lyon, on se voit, on s’écoute, on discute et on s’influence forcement beaucoup les uns les autres et je trouve cette émulation très saine et porteuse d’exigence et de pertinence artistique. 


Bonne chance pour vos concerts à venir, on vous retrouve le 09 Juillet pour l’événement Moderne Tropique proposé par l’Épicerie Moderne !

Galerie de photos